Forum EFG

Escadrille virtuelle

Vous n'êtes pas identifié.

#1 23-10-2012 18:19:03

EFG_Richy
Administrateur

Mission CPC 1: La zone

Même message que sur C6, mais posté ici pour archive du squad
-----

On nous annonce qu'un raid de bombardement est actuellement en cours sur Londres, et sous l'action combinée des autres squads du 11e Group il est maintenant en train de s'éclater en plusieurs formations.
Notre mission d'interdiction consiste à intercepter les bombardiers qui passeraient dans le secteur assigné, ou à défaut occuper les chasseurs allemands assurant la relève de l'escorte pour laisser le champ libre aux autres escadrilles.

Une patrouille de 9 appareils est prévue, ce qui représente tous les appareils disponibles actuellement au 72SQN.
Nous sommes divisés en 3 sections, et j'hérite du commandement de la 3e, la Red.
Pendant le briefing le chef mécano nous apprend qu'un autre appareil est disponible, et c'est finalement à 10 que nous partirons, ma section sera inhabituellement composée de 4 appareils pour une fois, mais en ces temps difficiles toutes les idées de nouvelles tactiques sont bonnes à essayer.

Les deux premières sections patrouilleront en altitude, tandis que la notre restera plus au Nord et à faible altitude, 7000ft.

Au signal nous lançons nos moteurs et le grondement des Merlin envahit l'aérodrome.
Les dernières vérifications effectuées, les sections se rassemblent, et s'élancent une par une.
En attente au seuil de piste, je regarde les deux premières sections s'élancer, puis je m'aligne, quand je vois un appareil de la 2e section interrompre sa course au décollage, ennuis moteur...
Il libère la piste, et les Red décollent.
Tandis que la 2e section cercle autour du terrain en attendant plus d'information sur l'état de leur ailier, j'emmène les miens vers la zone assignée, nous avons légèrement de retard et à la radio l'opérateur radar se fait pressant...

En chemin nous perdons Red 4, le soleil face à nous ne lui facilitant pas la tâche de nous retrouver, je lui indique de se diriger directement sur zone pour ne pas perdre de temps.
Sur le trajet je repère 2 contacts qui ne sont pas de chez nous, j'accélère un peu et grimpe à 12000ft pour les identifier, il s'agit de deux Spitfire du terrain voisin.
Nous sommes plus haut que prévu et j'envisage de redescendre lorsque la section Blue annonce des contacts vers 17000ft, au Nord, une formation d'une dizaine d'appareils encadrée de flocons de DCA se dirigeant vers le Sud...

Je les aperçois rapidement dans nos 1h haut, et nous commençons la poursuite.
La première section a déjà commencé à attaquer les bombardiers sans escorte, des Dornier 17, lorsque nous les rejoignons au-dessus de la Manche.
A 7 Spitfire, nous ne leur laissons aucune chance, les mitrailleurs sont rapidement réduits au silence, et en quelques instants, il ne reste plus un bombardier qui ne fume, plonge, ou pique dans une spirale mortelle...

Nous faisons alors rapidement demi-tour pour revenir sur la zone de patrouille car Red 4 a identifié plusieurs 109 et il se sent bien seul.
Mes ailiers et moi reformont près d'une ville cotière, où l'on aperçoit encore quelques Do17 isolés, mais nous les ignorons pour porter secours à Red 4.
Le temps que l'on arrive Red 4 réussit à en descendre un, et puisque les autres 109 ont disparu nous nous reformons au-dessus de la base de Wilmington.

Commence alors une longue patrouille sur zone où l'on se jette vers des nuages de DCA dont les flocons envahissent soudainement le ciel, mais si l'on croise les autres sections de Spitfire, aucun allemand ne se montre.
Pourtant ils sont là, ils rodent, mais l'opérateur radar mal réveillé a du mal à nous donner un relèvement précis, il s'emmèle régulièrement les pinceaux et est totalement inefficace.
Entretemps je reperds un de mes ailiers, et alors que l'on se reforme toujours au-dessus de Wilmington, les autres sections annoncent enfin des contacts et un début d'engagement!
On arrive avec 2 ou 3 minutes de retard sur la zone des combats, avec la peur de les manquer, mais on se jette finalement droit sur un nid de frelons!
Cela virevolte dans tous les sens, sur plusieurs niveaux, je sépare la section en 2 paires et je monte pendant l'approche pour essayer de culminer les combats.
Je repère vite un 109 en train de se rapprocher dangereusement sur un autre Spit en spirale ascendante, et je l'engage.
Je ne sais pas si je touche, il est masqué par mon capot moteur lors du tir, mais je le force à rompre et à piquer, je le suis un peu puis abandonne rapidement alors qu'il continue son piqué.
S'en suit une mêlée un peu confuse, nous sommes attaqués par un 109 dans nos 6 mais on reçoit l'ordre de breaker à temps, mon numéro 2 riposte et le fait fuir, puis je ne rencontre plus que des Spitfire.
Nous tournons encore quelques instants, le temps de faire le point en écoutant la situation des autres sections, puis je rassemble mes ouailles et fait le compte, tout le monde est là.

Après un check carburant, et une heure de patrouille, j'annonce à la radio que l'on rentre au terrain.
Si le retour se fait tranquillement, le posé au break est un peu en vrac!, mes ordres n'étaient pas assez clair, ou la section était plus étendue que je ne le pensais, mais au lieu d'avoir un espacement suffisant après un break tous les 3s, j'aperçois un ailier qui me passe juste devant en vent arrière!
J'annule mon approche et l'annonce, et tout le monde annule à son tour et me suit!
Pas grave, on y retourne et on se pose cette fois sans soucis!
En plus j'apprends par la 2e section qui attend plus haut que j'ai choisi le mauvais sens de piste par rapport aux autres sections!

On fait le point, il manque un appareil de la 2e section, mais on nous annonce qu'il a déjà téléphoné pour annoncer son déroutement à Wilmington sain et sauf.
C'est l'heure de faire les comptes, mais même si l'on n'aura surement pas de confirmation pour les bombardiers, nous n'avons aucune perte, la mission semble bien réussie!

Good job chaps!


Les chasseurs font des films, les bombardiers écrivent l'Histoire.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson